Sélectionner une page

LES TROUBLES DE L’AUDITION

À la découverte de notre oreille

Pour comprendre les troubles de l’audition, il est essentiel de bien comprendre notre système auditif qui est très évolué, complexe même : de nombreuses étapes interviennent entre l’instant où un son arrive dans notre conduit et le moment où notre cerveau le perçoit et l’interprète.

troubles de l'audition

1. L’oreille externe

Elle se compose du pavillon de l’oreille et du conduit auditif externe, ce dernier se termine sur la membrane tympanique. Son rôle est de faciliter la captation des sons et de les acheminer jusqu’au tympan.

IMPORTANT : Le conduit auditif est recouvert de peau, où l’on retrouve entre autres les cellules responsables de la production du cérumen. En cas d’obturation du conduit auditif (par un bouchon de cérumen par exemple), la perte auditive peut engendrer une gêne sensible qui peut atteindre 25 décibels, ce qui commence à représenter une gêne sensible.

2. L’oreille moyenne

Elle se présente sous forme d’une cavité appelée caisse du tympan. A l’entrée de cet espace, se trouve le tympan relié aux trois plus petits os du corps humain : le marteau, l’enclume et l’étrier. Ce dernier débouche sur une petite ouverture qui fait la liaison avec l’oreille interne. Le son, en faisant vibrer le tympan, va mettre en mouvement les osselets, ce qui va amener un mouvement de piston de l’étrier dans l’oreille interne.

3. L’oreille interne

C’est l’organe noble de l’audition, c’est elle qui va transformer les vibrations acoustiques en message électrique pouvant être interprété par le cerveau. Elle se présente sous la forme d’un colimaçon (appelé cochlée), rempli d’un liquide. L’intérieur de cet organe est constitué de petites cellules surmontées de cils (appelées cellules ciliées) dont les mouvements génèrent une pulsion électrique qui sera acheminée au cerveau par le biais du nerf auditif. Selon la fréquence du son, les cellules ciliées excitées seront différentes. Il existe une organisation fréquentielle, temporelle et d’intensité. La perte de ces cellules provoque, bien entendu, une perte auditive grave et proportionnelle au nombre de cellules atteintes. Le vieillissement naturel de l’oreille porte le nom de presbyacousie, et provoque une surdité dite surdité de perception induite par une déficience de l’oreille interne.

Les voies auditives centrales

Une fois l’ensemble des vibrations acoustiques traduites en impulsions électriques par les cellules ciliées externes et internes de l’oreille interne, ces impulsions sont acheminées par le nerf auditif jusqu’aux zones corticales du cerveau où l’ensemble des informations sera analysé : c’est à cette étape que s’effectue la reconnaissance de la parole par rapport à un milieu bruyant par exemple.

La stéréophonie

En présence de plusieurs sources sonores, nous avons la capacité de localiser les sons. Cette localisation est possible grâce à la stéréophonie (écoute avec les 2 oreilles symétriques). En analysant les différences d’intensité et le décalage temporel, le cerveau va pouvoir définir si un son vient de la droite ou de la gauche, de devant ou de derrière. La stéréophonie prend toute son importance dans la discussion en milieu bruyant où, pour une compréhension optimale, le cerveau doit pouvoir se focaliser sur la source sonore et donc la localiser.

Les différentes surdités

Les surdités de perception

Ce sont toutes les pertes auditives provoquées par une déficience de l’oreille interne. Cette déficience auditive est dans la plupart des cas synonyme d’une atteinte des cellules nerveuses de l’oreille, donc des cellules ciliées.

  • Ce type de perte auditive peut avoir plusieurs causes, par exemple :
  • Surdité héréditaire,
  • Surdité congénitale,
  • Traumatisme lié à l’exposition au bruit,
  • Post-traumatisme (dans certains traumatismes crâniens).

La presbyacousie

La presbyacousie est l’équivalent auditif de la presbytie pour la vue, c’est-à-dire un vieillissement naturel des fonctions auditives. Dans cette pathologie, ce sont les cellules ciliées qui s’altèrent provoquant ainsi la surdité croissante.

Cette dégénérescence des cellules va se faire très progressivement et sur de très longues périodes. Elle va toucher la population de façon très inégale, étant précoce chez certains (50 à 60 ans), arrivant plus tardivement chez d’autres. La particularité de cette surdité est son évolution très lente qui peut endormir notre vigilance et rendre beaucoup plus difficile la réhabilitation auditive qui s’imposera.

Les surdités de transmission

Ce sont toutes les pertes d’audition dont la cause provient du conduit auditif externe (bouchon de cérumen) ou de l’oreille moyenne (tympan, osselets,…), l’oreille interne et la cochlée seront intactes.

Les otites sont souvent responsables de ces surdités, soit de façon plus persistante dans le cas d’otites chroniques qui peuvent provoquer une destruction des osselets.

D’autres pathologies plus spécifiques provoquent ce type de surdité, comme l’otospongiose (bloquage de l’étrier) ou le cholestéatome (envahissement de l’oreille moyenne par des fibres).

Ces surdités sont diagnostiquées par un médecin, elles peuvent se résorber par des traitements ou des actes chirurgicaux, d’où l’importance de consulter rapidement un médecin ORL.

Nos catalogues 2017

Particuliers

Solutions bien-être et autonomie au quotidien

Consulter

Professionnels

Retrouvez l'ensemble de nos produits ainsi que leurs tarifs

Consulter

Contactez-nous

Pour toute question concernant nos produits ou nos services
03 86 61 21 23

Envoyer un message


À la une